Par
Danielle Desmarais, professeure titulaire
École de travail social, UQAM

Une contribution de Madame Desmarais, pour la Journée du Refus de l’Échec Scolaire, sur la thématique de l’accompagnement à la demande du ROCLD.

Travaillant à titre de chercheure depuis une dizaine d’années avec le ROCLD, notre collaboration a été l’occasion de réflexions partagées sur les multiples significations de la notion d’accompagnement éducatif. Notre collaboration s’est d’autre part construite sur un étayage de la spécificité de cet accompagnement offert par les organismes communautaires autonomes membres du ROCLD aux jeunes en difficulté dans plusieurs régions du Québec, à travers de nombreuses recherches qualitatives additionnées. Dans ce qui suit, nous présentons en premier lieu une synthèse des principaux repères théoriques articulés pour penser l’accompagnement éducatif; suivra une esquisse des recherches menées en milieu communautaire et tout spécialement avec le ROCLD sur cet enjeu.

Repères théoriques sur l’accompagnement éducatif

La documentation scientifique sur le concept d’accompagnement s’est considérablement développée depuis une trentaine d’années, incluant dans le milieu scolaire (Gagnon, Moulin et Eysermann, 2011). Nous intéressant aux processus liés au décrochage et au raccrochage scolaires, nous avons pour notre part adopté le terme d’accompagnement éducatif. En bref, « L’accompagnement éducatif est tout à la fois un travail clinique (Cauvier, 2008), une rencontre de sujet à sujet (Renaud, 1997), une conduite maïeutique (Desroche, 1991; Pineau et Le Grand, 2013) et, enfin, un projet éthique (Renault, 2005). L’enjeu central consiste à soutenir le moment de la reconnaissance du sujet (de Villers, 2002) tout en créant les conditions d’ouverture de l’apprenant à de nouveaux contenus, « bio-cognitifs » (Pineau,1998) » (Desmarais et al, 2018).

Plus récemment, la documentation scientifique nous a permis d’enrichir le concept d’accompagnement éducatif avec les théories de l’attachement, les éthiques de la sollicitude et, enfin, la contribution philosophique de Nussbaum sur l’éducation pour le développement de tous les humains.

Les théories de l’attachement attirent l’attention sur la possibilité de réparer les manques relationnels vécus dans les premières périodes de vie par une figure d’attachement supplémentaire, à l’entrée dans l’âge adulte (Desmarais et Cauvier, 2019). Afin qu’un jeune puisse dépasser un passé souffrant, de nombreux auteurs s’entendent sur l’importance pour lui de trouver sur sa route un adulte cohérent, disponible et sensible avec lequel il pourra construire des liens significatifs qui lui offriront l’opportunité d’apprendre la confiance et la sécurité dans la relation afin de favoriser, entre autres, l’analyse des problèmes vécus, l’actualisation des forces émergentes et la préparation de l’avenir. Constituant souvent une expérience nouvelle pour le jeune en difficulté, cette relation permettra néanmoins d’établir les fondations d’un réinvestissement/retour au sens et au plaisir de l’apprendre, gages de la persévérance et de la réussite scolaires.

Pour leur part, les éthiques de la sollicitude soulignent « la différence entre les sexes en termes de partages sociaux plus ou moins valorisés et d’assignations à des tâches » (Brugère, 2006 : 2). Les éthiques de la sollicitude prônent des relations humaines marquées « par l’interdépendance, par l’attention à la vulnérabilité ou par la protection des plus faibles » (Brugère, 2006 : 2). Au niveau le plus général, la sollicitude connote une forme d’engagement. La sollicitude, c’est à la fois une disposition et une activité. Les théories de la sollicitude portent une attention spécifique au contexte dans lequel s’élabore une interaction entre deux sujets.

L’accompagnement éducatif, tel que nous l’appréhendons, s’adresse à tout jeune en difficulté et reflète ainsi la perspective développée par Nussbaum (2009 ; 2011) qui place au coeur de l’éducation pour tous les humains des valeurs telle la justice – professées par les OCLD – et la liberté ». Nussbaum (2009) précise de plus des valeurs à cultiver pour éduquer à la citoyenneté, dont la capacité d’autocritique et, plus globalement, la pensée critique.

Résultats de recherche qui étayent l’accompagnement éducatif des OCLD

Dans les recherches que nous avons menées avec le milieu communautaire, et en particulier avec les OCLD, nous avons d’abord découvert, à l’occasion de nombreuses recherches de terrain, que l’accompagnement éducatif proposé par les OCLD membres du ROCLD combine « six points : 1) un milieu de vie pour les jeunes et les adultes qui les accompagnent; 2) un cadre d’action bien circonscrit; 3) un accompagnement en 4 étapes; 4) des figures plurielles d’accompagnement; 5) des pratiques novatrices articulées sur les besoins de la communauté; 6) un continuum sur l’axe de l’autonomie et de la complémentarité [1] (Desmarais, 2012a).

Nos recherches ont montré que l’accompagnement éducatif proposé par ces organismes s’inscrivent dans la perspective de l’éducation pour le développement de tou.te.s. À titre d’exemple, nous avons analysé un sous-corpus de 6 jeunes adultes de la grande région de Montréal qui ont en commun d’avoir été abandonnés par leurs parents et pris en charge par des familles d’accueil ou par un Centre jeunesse, avant de fréquenter un organisme communautaire. Les jeunes ont accumulé de graves difficultés et de multiples ruptures dans leur milieu de vie et dans l’espace scolaire, avant leur rupture avec l’école. L’analyse des entretiens biographiques a montré les liens entre les difficultés affectives, cognitives et sociorelationnelles vécues par les jeunes ainsi que la porosité des espaces sociaux dans l’expérience relationnelle. Ces jeunes sont marqués par des blessures morales infligées par un déni de reconnaissance. A contrario, dans l’étape de vie actuelle, certaines expériences font apparaître des signes de reconnaissance vécus par les jeunes adultes, à travers la construction de relations de sollicitude avec les adultes accompagnateurs des OCLD. La fréquentation d’un OCLD et les liens sociaux d’attachement supplémentaire vécus par les jeunes comportent plusieurs facettes participant de leur développement : construction de nouvelles amitiés, création de liens avec les pairs à travers la participation à des activités intéressantes, autonomisation, etc. (Desmarais et al, 2019).

Une étude exploratoire québécoise sur le décrochage scolaire des filles, produite par la Fédération autonome de l’enseignement en 2012, a montré des différences entre les filles et les garçons dans les processus sous-tendant le décrochage/raccrochage scolaires [2]. On ne peut donc aborder la prévention du décrochage ni les mesures de raccrochage de la même manière. Selon quelques études, les filles ont un rapport à l’acte d’apprendre qui est distinct de celui des garçons. Les motifs qui les amènent à quitter l’école semblent souvent liés à des conflits relationnels, à de la violence ou à des troubles d’anxiété. D’autre part, les conséquences du décrochage scolaire sont plus graves pour elles. Dans l’accompagnement éducatif vécu pour soutenir leur raccrochage scolaire, les filles soulignent l’importance qu’elles accordent à la qualité des liens, notamment avec l’enseignant.e, ainsi que l’intérêt de se retrouver dans un petit milieu. Nous avons notamment analysé en profondeur le parcours de six jeunes femmes en processus de raccrochage scolaire dans quatre pays différents. Leurs propos, illustratifs de la continuité et de la discontinuité éducative dans leur parcours de vie, montrent comment une pratique de la sollicitude, de la part d’une figure d’attachement supplémentaire, rend possible un nouveau départ dans le développement du potentiel humain.


[1] Voir : Duval, M. et al. (2005). Les organismes communautaires au Québec : pratiques et enjeux. Montréal, Gaétan Morin et Chenelière éducation.
[2] Fédération Autonome de l’Enseignement et Relais Femmes. (2012). Les conséquences du décrochage scolaire des filles. Une étude exploratoire. Montréal, Qc. Repéré à http://www.relais-femmes.qc.ca/file/DecrochageScolaireFilles-2012-03-02.pdf

Références

Brugères, F. (2006). « La sollicitude. La nouvelle donne affective des perspectives féministes ». Esprit, janvier, p. : 1-13.
Cauvier, J. (2008). La démarche autobiographique, un outil d’accompagnement de la construction identitaire d’adolescents de la 5e secondaire. (Thèse de doctorat). Université du Québec à Rimouski et Université du Québec à Montréal. Repéré à http://www.archipel.uqam.ca/1577/
Desmarais, D. (2012a). Contrer le décrochage scolaire par l’accompagnement éducatif: une étude sur la contribution des organismes communautaires. Québec : Presses de l’Université du Québec.
Desmarais, D. (2012b). « La pratique des OCLD : un modèle pour l’accompagnement éducatif des jeunes ». Bulletin PARcours, octobre. En ligne : http://parcours.uqam.ca/upload/files/Bulletins/2012/bulletin_parcours_octobre_2012.pdf
Desmarais, D. et J. Cauvier (2019). « Parcours de jeunes en difficulté et liens sociaux ». Éducation et francophonie, vol. XLVII, printemps, pp. :115-130.
Desmarais, D., Cauvier, J., Merri, M. et A. Dubeau (2018). « Parcours de raccrochage scolaire au féminin. Discontinuité éducative et sollicitude ». In Blaya, C., Tièche-Christinat, C., Angelucci, V. Au coeur des dispositifs d’accrochage scolaire. Continuité et alliances éducatives. Louvain-la-neuve, EME Éditions.
Desmarais, D., Merri, M., Cauvier, J. et A. Dubeau. (2019). « L’accompagnement éducatif de jeunes en difficulté dans les organismes communautaires québécois. Pour un devenir citoyen ». In Chemins de formation, no 22, pp. : 67-79.
Desroche, H. (1991). « Maïeutique et Recherche-Action ». Dans B. Courtois et G. Pineau (dir.), La Formation expérientielle des adultes (p. 83-100). Paris : Documentation française.
Fédération Autonome de l’Enseignement et Relais Femmes. (2012). Les conséquences du décrochage scolaire des filles. Une étude exploratoire. Montréal, Qc. Repéré à http://www.relais-femmes.qc.ca/files/DecrochageScolaireFilles-2012-03-02.pdf
Gagnon, E., Moulin, P. et B. Eysermann, (2011). En ligne : https://www.researchgate.net/publication/271355325_Ce_qu’accompagner_veut_dire
Nussbaum, M. (2011). Les émotions démocratiques : Comment former le citoyen du xxie siècle ? Climats.
Nussbaum, M. (2009). Education for profit. Education for freedom. Liberal Education, (Summer).
Pineau, G. (dir.). (1998). « L’accompagnement comme art de mouvements solidaires ». Dans Accompagnements et histoire de vie (p. 7-20). Paris : L’Harmattan.
Pineau, G. et Le Grand, J.-L. (2013). Les histoires de vie. Paris : Presses universitaires de France.
Renaud, G. (1997). « L’intervention: de la technique à la clinique ou de l’objet au sujet ». Dans C. Nélisse et R. Zuniga (dir.), L’intervention: les savoirs en action (p. 139-164). Sherbrooke, Canada : Éditions GGC.
Renault, D. (2005). Travail de deuil, trajet de vie et transition psychosociale: les enjeux biocognitifs d’un accompagnement. Paris : Mare & Martin.
Tronto, J. (2009). Un monde vulnérable. Pour une politique du care. Paris, La Découverte.
Villers, G. de (2002). « La dimension éthique de la fonction d’éducateur ». Dans C. Gohier (dir.), Enseigner et libérer : les finalités de l’éducation (p. 105-124). Saint-Nicolas, Québec : Presses de l’Université Laval.